Topi Heikkinen et Timmy Hansen remportent la victoire en Autriche

Topi Heikkien et Timmy Hansen ont remporté la victoire lorsque TitansRX est retourné sur son site national, le MJP Arena en Autriche.

C’est Heikkinen qui a remporté le titre samedi, dominant la journée et remportant une victoire finale convaincante.

Le Finlandais était en tête dès le début, mais Kevin Hansen avait relevé le défi et avait tenté à plusieurs reprises de se faire prendre la tête de la course.

Hansen a fait un jeu pour l’avance dans les derniers virages du dernier tour de la course de sept tours, faisant plusieurs fois le contact avec Heikkinen. Il était incapable de trouver un moyen de passer, cependant, et n’a terminé que sept centièmes de seconde dans ce qui était la finale la plus proche de TitansRX jusqu’à présent.

 

(Photos: Titans RX)
Hayden Paddon, habitué du Championnat du monde des rallyes, a pris le troisième rang à près de 12,7 secondes de la tête du groupe.

La Néo-Zélandaise, qui participe pour la première fois depuis le deuxième tour de la saison à Essay, est montée sur le podium au deuxième tour de la course après avoir pris contact avec Craig Breen, qui a chuté en arrière et a terminé à 11,6 secondes. son coéquipier de rallye.

Timmy Hansen était le dernier coureur de la finale, terminant cinquième. Le Suédois a fait une mauvaise escapade au début de la course puis a été forcé de sortir du circuit au deuxième tour de la course. Il a continué à se battre avec Breen pour le reste de la course, malgré une crevaison à l’avant gauche consécutive à l’incident du deuxième tour.

Jérôme Grosset-Janin était le dernier partant de la finale, mais il a quitté la piste presque immédiatement au début de la course.

TitansRX sept résultats de la ronde

1. Topi Heikkinen 05:29.462
2. Kevin Hansen 05:29.532
3. Hayden Paddon 05:42.159
4. Craig Breen 05:53.774
5. Timmy Hansen 05:59.854
6. Jerome Grosset-Janin DNF

Dimanche, Timmy Hansen a profité d’une retraite qualificative pour Kevin Hansen, pourtant dominant, pour terminer en tête du matin, avant de remporter une troisième victoire convaincante de la saison en finale.

L’ancien Hansen a échappé à un premier virage en se réunissant alors que le reste du terrain était en accordéon.

Dans l’escarmouche, Kevin Hansen s’est hissé à la deuxième place, devant le vainqueur de la septième manche, Topi Heikkinen, tandis que Jerome Grosst-Janin en a également profité pour monter sur le podium. Craig Breen a également jeté un coup d’œil, mais n’a pas réussi à passer le premier saut. Cependant, le Français est rapidement retombé alors que le terrain entrait dans la section de dérive de terre reprofilée commençant après le saut.

Derrière Timmy Hansen, qui avait un avantage certain, Timmy Hansen et Heikkinen se disputaient la deuxième place. Au deuxième tour, Heikkinen réalisa un mouvement audacieux à l’intérieur du virage en saleté – un geste qui était devenu une marque de fabrique pour le Finlandais ce week-end – et s’empara de la seconde place.

À partir de là, Heikkinen a commencé à pourchasser Timmy Hansen, mais le frère cadet du leader de la course est resté vif.

Bien que Heikkinen ait réduit l’écart à un peu moins de 1,9 seconde à la fin de la course, il n’a pas réussi à se frayer un chemin vers l’avant pour devenir le premier pilote à balayer un week-end. C’était une histoire similaire pour Kevin Hansen qui, comme Heikkinen, avait sa journée compromise par une course difficile en qualifications.

Breen a terminé quatrième après avoir été dans le mélange au premier tour, il a battu Tamara Molinaro qui a gardé la queue pendant toute la course, tandis que sa course au large au premier tour faisait que Grosset-Janin finissait à la sixième place.

TitansRX huitième résultats finaux

1. Timmy Hansen 04:53.959
2. Topi Heikkinen 04:55.825
3. Kevin Hansen 04:57.460
4. Craig Breen 04:59.282
5. Tamara Molinaro 05:02.613
6. Jerome Grosset-Janin 05:05.428

Le retour de TitansRX en Autriche, son premier événement dans le pays depuis l’événement test de pré-saison de la série, a également été le premier événement à part entière de la nouvelle reconfiguration du MJP Arena.

«Nous avons vraiment réussi à créer un circuit qui corresponde parfaitement au but de cette série», a déclaré le fondateur et PDG de TitansRX, et le propriétaire de MJP Arena, Max Pucher. « Le premier virage et la longue section de dérive que nous avons ensuite n’étaient que le spectacle du week-end, c’était incroyable. »

« Je suis vraiment heureux de constater que tout ce que nous avions prévu a fonctionné comme nous le souhaitions, » Pucher ajoutée. “Pour les relations autrichiennes, c’était une excellente foule. Malheureusement, l’Autriche n’a pas beaucoup de spectateurs pour le rallycross pour le moment, mais c’était aussi bon que ça. »

Bien qu’il n’ait pas réussi à remporter un tournoi principal tout le week-end, Kevin Hansen termine une nouvelle fois au sommet du classement des points, conservant une mince avance de cinq points sur Heikkinen. La victoire de Timmy Hansen le maintient beaucoup dans la lutte pour le titre; il occupe le troisième rang, à 11 points de la première place.

Un autre week-end fort pour Molinaro signifie qu’elle passe à la quatrième place des points, occupant la position de «meilleur du reste», avec deux points d’avance sur Grosset-Janin.

Classement de la série TitansRX (top 15)

1. Kevin Hansen 178
2. Topi Heikkinen 173
3. Timmy Hansen 167
4. Tamara Molinaro 87
5. Jerome Grosset-Janin 85
6. Craig Breen 84
7. Ronny C’Rock 80
8. ‘Peaked’ 70
9. Andrew Jordan 67
10. Hayden Paddon 58
11. Oliver Webb 52
12. Andreas Steffen 47
13. Reini Sample 31
14. Perry McCarthy 24
15. Nelson Piquet Jr. 22
(André Bouchard: albp@sympatico.ca)

 

 

 

 

 

 

 

Les Aigles de Trois-Rivières vaincus de justesse en demi-finale de la CAN AM

Au compte de 4 à 3 contre les Jackals de New-Jersey

Même s’ils ont été les premiers à s’inscrire au pointage, les Aigles n’on pu contenir les Jackals qui les constamment rattrapés.

Quant au lanceur débutant, il s’en est bien tiré jusqu’en 5ième manche, les Jackals ayant réussi à faire partir Tyler Fergusson qui avait bien fait jusqu’alors.

Tout semblait bien se dérouler jusqu’en 6ième manche pour les Aigles alors qu’une erreur de David Glaude ayant échapé un ballon, un roulant déjouant Brenman permettant aux Jackals d’égaliser le pointatge 3 à 3.

Il n’en fallait pas plus pour se rendre en supplémentaire, alors qu’avec un peu plus défensive, la tournure du match aurait pu s’avérer possiblement différent.

Quoiqu’il en soit, c’est en 10ième manche que le sort des trifluviens s’est joué, alors que Demetrius s’est amené au marbre avec un simple et ensuite au 2ième but et suivi d’un ballon par Grego et Marte y allant d’un roulant qui a échappé à Brennan. C »est alors que Moorer n’a pas manqué de se rendre au marbre s’avérant de point gagnant au grand désarroi des spectateurs.

Par la suite, ce fut simple formalité pour les Jackals de mettre fin au match en retirant les trois frappeurs des Aigles sans trop de difficulté.

 

Photos: Les instructeurs et les félicitations d’usage, l’instructeur T.J Stanton attentif au match décisif, l’équipe gagnante Les Jackals et le commentateur-descripteur radiophonique (CFOU) Simon Laliberté et son analyste Louis-Simon Gauthier et le Grand Chelem saluant la foule.

Ainsi, prenait fin la saison des Aigles Trois-Rivières ayant terminé quand même bon deuxième dans la ligne CAN AM et participé vaillamment à la demi-finale.

Il en fallu de peu afin que l’équipe des Oiseaux accède à la finale, car la partie décisive aurait pu aller d’un côté comme de l’autre!

René Martin DG des Aigles:

(Photos-Audio: André Bouchard: albp@sympatico.ca)

ANDREESCU PREMIÈRE CHAMPIONNE CANADIENNE DU SIMPLE D’UN GRAND CHELEM

TC-SiteLogo

Elle a raison de Serena Williams pour remporter le titre des Internationaux des États-Unis

Montréal, le 7 septembre 2019 – Samedi, Bianca Andreescu (Mississauga, ON) est devenue la première athlète du Canada a être couronnée championne du simple d’un tournoi du Grand Chelem après un triomphe de 6-3 et 7-5 aux dépens de Serena Williams en finale des Internationaux des États-Unis. L’adolescente de 19 ans prenait part au tableau principal de Flushing Meadows pour la première fois. Cette victoire devrait la propulser dans le Top 5 de la WTA.

70860218_2962419223786525_5408591335907131392_n

(Photo: Source: Tennis Canada)

Après avoir été éliminée lors des épreuves de qualifications en 2018, Andreescu est retournée un an plus tard à New York pour conquérir le plus important titre de sa jeune carrière. Elle a amorcé sa première finale d’un Grand Chelem de magnifique façon en signant un bris hâtif avant d’empocher la manche initiale. Au deuxième acte, elle a rapidement pris les devants, mais Williams n’allait pas lui rendre la tâche facile. Alors qu’elle était menée 5-1, l’Américaine a orchestré une belle remontée pour niveler la marque à 5-5. Loin de se décourager, Andreescu, qui a démontré à maintes reprises qu’elle pouvait exceller dans les moments importants, est revenue à la charge pour briser sa rivale et mettre la main sur son premier titre d’un Grand Chelem.

« J’ai ressenti beaucoup, beaucoup de choses avant le match, plus que pour n’importe quel autre match », confiait-elle lors de son entretien avec les médias. « En finale, contre Serena. J’ai simplement essayé de respirer profondément, de mon réveil jusqu’au duel. C’est ce que j’ai essayé de faire durant tout le match, contrôler ma nervosité. »

Andreescu a connu une ascension fulgurante en 2019. Après avoir terminé la saison 2018 au 178e rang, elle a été ennuyée par des blessures avant d’accéder à la finale du tournoi d’Auckland, en Nouvelle-Zélande, contre Julia Goerges. Elle a ensuite poursuivi sur sa lancée, retranchant plus de 170 places à son classement et signant une fiche parfaite de huit gains face à des rivales du Top 10.

« C’était mon rêve. Je vis tellement d’émotions en ce moment et c’est difficile à décrire », mentionnait Andreescu, sans voix, quelques instants après son triomphe.

À la parution des nouveaux classements de la WTA, lundi, elle devrait occuper le cinquième échelon, ce qui représente un sommet personnel. Elle n’a pas subi de défaite depuis le mois de février, ayant accumulé une impressionnante fiche de 45 victoires et 5 revers depuis le début de 2019. Au printemps, elle a récolté le titre à Indian Wells avant d’être sacrée championne de la Coupe Rogers il y a quelques semaines, à Toronto.

À propos de Tennis Canada
Tennis Canada, dont les origines remontent à 1890, est une organisation sportive nationale sans but lucratif dont la mission est d’assurer la croissance du tennis au Canada et dont la vision est de devenir un chef de file mondial au tennis. Nous valorisons le travail d’équipe, la passion, l’intégrité, l’innovation, l’excellence et la responsabilité. Tennis Canada possède et administre deux des plus prestigieux tournois de l’ATP et du WTA Tour; les volets masculin et féminin de la Coupe Rogers présentée par Banque Nationale ainsi qu’un tournoi professionnel sanctionné par l’ITF. De plus, il possède et soutient financièrement 13 autres tournois professionnels au Canada. Tennis Canada administre également des centres nationaux/programmes d’entraînement à Toronto, à Montréal, Vancouver et Calgary. Tennis Canada est membre de la Fédération internationale de tennis, du Comité olympique canadien, du Comité paralympique canadien et de l’Association internationale de tennis en fauteuil roulant. De plus, Tennis Canada administre, commandite et choisit des équipes pour la Coupe Davis, la Fed Cup, les Jeux olympiques et paralympiques et forme des équipes nationales pour les juniors, les vétérans et les joueurs de tennis en fauteuil roulant. Tennis Canada investit ses excédents budgétaires dans le développement du tennis. Pour obtenir plus amples renseignements sur Tennis Canada, visitez notre site Web sur www.tenniscanada.com et suivez-nous sur Facebook et Twitter.

(André Bouchard: albp@sympatico.ca)
 

Golf Québec – Pendrith égale son record de parcours et mène l’Omnium Placements Mackenzie par 5 coups

  • Tous les résultats : https://www.pgatour.com/canada/en_us/leaderboard.html

     

    MONTRÉAL, Québec — Ce vendredi, à l’Omnium Placements Mackenzie, l’Ontarien Taylor Pendrith est devenu le premier joueur à inscrire une ronde de 62 au club de golf Elm Ridge. Aujourd’hui, samedi, il a répété son exploit pour inscrire une seconde ronde consécutive de 62 sur le même parcours.

    Taylor Pendrith.
    Crédit photo : Allen McEachern

    Dans ce qu’il appelle « une ronde tout à fait comparable à celle de vendredi », ce qui comprend neuf oiselets, un aigle et un boguey, Pendrith, qui avait commencé la journée à égalité en première place avec Kyle Mueller, a pu se démarquer et s’emparer d’une avance confortable de 5 coups à la veille de la dernière ronde de dimanche.

    « Il est toujours assez difficile de bien appuyer un si bon score et de le faire suivre par une ronde tout aussi solide », a expliqué Pendrith, qui a inscrit la marque de 62 à quatre reprises au cours des quatre derniers tournois. « Je me sens vraiment bien et mes coups de départ sont excellents. Je tire aussi avantage au maximum de mes coups d’approche. Tout a joué en ma faveur aujourd’hui. »

    « Le parcours est fantastique et j’ai bien frappé dans les allées », a également confié le jeune homme de 28 ans. « J’ai frappé ma balle avec précision pour atteindre les verts et j’ai réussi quelques bons coups roulés. »

    Une victoire, ce dimanche, serait complètement différente de son premier titre en carrière acquis il y a un mois à l’Omnium 1932byBateman, à Edmonton. Il y avait joué 63, le record du parcours, dans la ronde du dimanche pour rattraper un retard de 4 coups.

    « Je vais me contenter de sortir sur le terrain et de jouer », a souligné Pendrith, qui vient d’inscrire les deux rondes consécutives les plus basses dans l’histoire du Mackenzie Tour depuis Zach Wrights, lui avait joué 62-61 à l’Omnium Paradise Canyon de Lethbridge, en 2018. « C’est stimulant d’être en tête du tournoi, mais je vais poursuivre de la même manière, c’est mon style de jeu. Je suis un joueur assez agressif et je vais essayer de faire autant d’oiselets que possible. On verra comment ça se passe », a ajouté le golfeur qui pourrait bien être nommé Joueur de la semaine Canada Life pour une sixième fois cette année.

    Chez les Québécois, Yohann Benson et Étienne Brault ont inscrit les meilleures rondes de la journée. Avec des cartes de 70-69-71–210 (-6), Benson mène la délégation de la Belle Province et est maintenant 43e à égalité. 

    Pos.

    Nom Scores

    43É

    Yohan Benson 70-69-71–210 (-6)

    52É

    Raoul Ménard 66-71-74–211 (-5)

    61É

    Étienne Brault 70-71-71–212 (-4)

    69É

    Keven Fortin-Simard 70-71-72–213 (-3)

    73É

    Marc-Étienne Bussières 68-72-74–214 (-2)

    77

    Hugo Bernard 71-68-76–215 (-1)

     Conditions météorologiques de la troisième ronde : Passages nuageux. Maximum de 17. Vent à 15 km/h

  • .Tous les résultats : https://www.pgatour.com/canada/en_us/leaderboard.html
  • (André Bouchard: albp@sympatico.ca)

Avec une victoire éclatante, les Aigles provoquent un match ultime contre les Jackals!

aigles_main_logo

07 septembre 2019

Les Aigles demeurent en vie! La troupe de TJ Stanton s’est imposée par la marque de 17 à 4 contre les Jackals du New Jersey, samedi.

 

Dès le début de la rencontre, Taylor Brennan a claqué un grand chelem. Ses coéquipiers se sont inspirés de leur vétéran avec au final une récolte de 17 points et 13 coups sûrs. Parmi les bonnes performances, notons celle du frappeur de choix, LeVon Washington, avec trois points produits, deux points marqués et deux coups sûrs.

 

L’un des bons lanceurs partants , Kevin McNorton, a lancé un match complet de 125 tirs. Il a accordé 12 coups sûrs, que deux buts sur balles et retiré au bâton six frappeurs.

À un certain , il y a eu un peu de confusion entre les deux équipes avec les arbitres en cause.

Finalement, Nelson Ward a été chassé du match suite aux événements disgracieux et qui auraient pu dégénérer.

Évidemment, la foule n’était pas trop nombreuse, car le mauvais temps ayant fait des siennes.

Une partie à suivre et qui décidera du sort de l’une ou l’autre équipe et il est difficile de miser dans les circonstances considérant la série jusqu’à maintenant.

Le cinquième et ultime match de cette série demi-finale aura lieu ce dimanche, à 13h05. Les billets sont déjà disponibles en ligne.

(Photos: André Bouchard: albp@sympatico.ca)

 

VICTOIRE DU LAVAL SANS ÉQUIVOQUE CONTRE CONCORDIA

logo-rouge-et-or-60x51

 Université Laval, le 7 septembre 2019 – Cette fois-ci, le Rouge et Or n’a laissé aucun doute sur ses intentions. Un solide départ à Montréal, mené par une autre prestation dominante de l’attaque au sol, a pavé la voie à un gain de 41-6 sur les Stingers de Concordia samedi après-midi.

Vincent Breton-Robert- crédit Nathalie Martin

               ( Photo: Nathalie Martin)

Après avoir amassé 247 verges d’attaque terrestre lors de son premier match face à Sherbrooke, le Rouge et Or a enchaîné aujourd’hui avec l’impressionnant total de 342 verges au sol.

Statistiques complètes du match

Laval, qui menait 28-3 à la demie, a ainsi signé une 32e victoire de suite face aux Stingers, matchs de saison régulière et éliminatoires inclus. Concordia est d’ailleurs l’Université contre laquelle le Rouge et Or a remporté le plus de parties dans son histoire, le gain de samedi après-midi étant le 40e. 

L’histoire du match

Le Rouge et Or a fait des flammèches dès sa première séquence à l’attaque. Vincent Breton-Robert a profité d’une ouverture béante créée par la ligne offensive pour décamper sur 42 verges jusque dans la zone des buts. Quelques séquences plus tard, Maxym Lavallée a réalisé un superbe attrapé pour sa première interception de la saison. Laval a profité du revirement grâce à la jambe de David Côté. Son placement de 25 verges a fait 10-0, le pointage au terme du premier quart.

La troupe de Glen Constantin en a ajouté rapidement au deuxième quart. La défensive des Stingers a oublié Mathieu Robitaille que Samuel Chénard a rejoint fin seul dans la zone des buts. Concordia a connu ensuite ses premiers succès à l’attaque en traversant le terrain pratiquement au complet. La défensive lavalloise s’est toutefois levée au bon moment, et Concordia a dû se contenter d’un placement de 19 verges. Scénario semblable vers la fin de la demie : Adam Auclair a réalisé une interception opportune au 10 du Rouge et Or, récupérant un ballon initialement touché par Kean Harelimana. Laval ensuite porté un dur coup aux chances des Stingers quand Samuel Chénard a complété une séquence à l’attaque de 98 verges en marquant le majeur sur une course de cinq verges. Après 30 minutes, c’était 28-3 Rouge et Or.

Les coups d’éclat ont été moins nombreux en deuxième demie. Un deuxième placement dans ce match de David Côté, cette fois sur 19 verges, a donné une priorité de 31-3 aux Lavallois. La pluie forte s’est ensuite mise de la partie au quatrième quart, si bien que le jeu au sol a dominé les séquences à l’attaque. Un placement de 31 verges d’Andrew Stevens a ramené les Stingers à 25 points d’écart. Un échappé sur un botté de dégagement récupéré par Ian Leroux au 15 de Concordia a été payant. Luca Perrier a suivi avec le majeur sur une course de six verges pour porter la marque à 38-6. Un touché de sûreté concédé par les Abeilles et un simple à la suite d’un placement raté de David Côté ont complété le pointage.

À venir

Prochain match : 14 septembre 2019, 14h

Adversaire : Carabins de l’Université de Montréal

Endroit : CEPSUM, Montréal

                      (André Bouchard: albp@sympatico.ca)

Les Aigles échappent le 3ième match contre les Jackals

06 septembre 2019

Les Aigles ont connu un match quelque peu difficile lors de ce premier affrontement à Trois-Rivières.

Dés le début, les Jackals ont pris l’avance et lOnt conservé un bon moment de la partie et les Aigles n’ont pu faire de remontée dans les circonstances.

Ils en dû se conter d’un pointage de 7 à 2 et ont laissé quelques hommes sur les buts à certains moments mais en vain.

 

Photo du bas: Étienne meneur de foule honoré pour ses 7 ans de service par René Martin DG des Aigles

De son côté, Taylor Brennan s’est démarqué à l’attaque avec deux coups sûrs dont un circuit, deux points marqués.

Pour sa part, au monticule, Chris Murphy a encaissé la défaite lors de ce duel.

La troupe de TJ Stanton  tentera de se reprendre en faisant de nouveau face à l’action contre ces même Jackals du New Jersey, dès demain 17h05.

Il sera intéressant de constater comment ils réagiront dans les circonstances, considérant qu’il s’agit d’une série trois de cinq. Tout un duel à suivre!

 

Peu avant la partie, la direction a honoré les joueurs qui se sont le plus démarqués au cours de la saison régulière dont David Claude le joueur de l’année (photo du haut. Les autres étant: Garrett Harris, Parker Sniatynski et Garrett Mundell . Ils ont reçu leur trophée des mains de René Martin DG et de T,J. Stranton, gérant.

(Photos: André Bouchard: albp@sympatico.ca)